giboulée


giboulée

giboulée [ ʒibule ] n. f.
• 1547; o. i., mot occitan
Pluie soudaine, quelquefois accompagnée de vent, de grêle ou même de neige, et bientôt suivie d'une éclaircie. averse, ondée. Les giboulées de mars.

giboulée nom féminin Grosse averse soudaine, généralement courte, souvent accompagnée de grêle : Les giboulées de mars.giboulée (synonymes) nom féminin Grosse averse soudaine, généralement courte, souvent accompagnée de grêle
Synonymes :
- ondée

⇒GIBOULÉE, subst. fém.
A. — Averse soudaine et violente, accompagnée de vent, de grêle, parfois même de neige, fréquente au début du printemps, surtout en mars. Giboulée de vent, de neige, de pluie; giboulées de mars; giboulées de mars qui tombent en avril; la saison des giboulées; un temps de giboulées; une giboulée fouette (les vitres), s'abat sur le sol, ruisselle. Des giboulées passaient; puis, le clair soleil renaissait, et les oiseaux chantaient (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 583). Poussées par de solides bras de vent, les giboulées giflaient interminablement le Craonnais (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 73) :
1. MADAME PASQUELIN. — « Allons... Approchez-vous... Venez vous chauffer. Il faisait si beau ce matin! » Le ciel s'est subitement assombri : une rafale de grêle tambourine sur les vitres. L'ABBÉ JOZIERS (de la fenêtre). — « C'est une giboulée, ça ne durera pas... »
MARTIN DU G., J. Barois, 1913, 1re part., p. 277.
P. métaph., littér. [Appliqué à une humeur changeante, capricieuse comme une giboulée suivie d'une éclaircie] Ces âpres et trompeuses giboulées au travers desquelles jamais l'éclaircie, en vain attendue, ne jette la gaieté bleue de son sourire (ARÈNE, Veine argile, 1896, p. 117). Que vos filles (...) vos garçons (...) soient élevés dans une maison (...) où l'on puisse se disputer un peu, pas trop, juste assez pour apprécier le soleil après la giboulée (H. BAZIN, Fin asiles, 1959, p. 185) :
2. MADAME DE CÉRAN. — (...) et son caractère, depuis quelque temps? Elle chante, elle boude, elle rougit, elle pâlit, elle rit, elle pleure... LA DUCHESSE. — Giboulées d'avril : c'est la fleur qui vient. Elle s'ennuie, cette enfant.
PAILLERON, Monde où l'on s'ennuie, 1869, I, 7, p. 29.
B. — Au fig., fam. Volée de coups (qui tombent drus comme des grains de giboulée). Une giboulée de coups; recevoir une giboulée. (Dict. XIXe et XXe s.).
P. ext., littér.
Giboulée de + subst. abstr. Succession de (malheurs qui s'abattent sur quelqu'un). Après les froids ennuis, après les accablantes giboulées de la vie maritale, une embellie semblait prête à luire (HUYSMANS, En mén., 1881, p. 108). On devinait aisément que toutes les giboulées du malheur s'étaient acharnées sur lui (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 87).
Giboulée de + subst. concr. Grande quantité de, pluie de. Voyez-vous ça! une giboulée de piques, le roi de pique! C'est ce monstre-là qui m'a fait perdre! (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 280). Le piano vibre, cliquette; il grêle et laisse retomber dans un tonnerre d'arpèges, des giboulées de croches, des averses de doubles croches (MORAND, Rococo, 1933, p. 57).
REM. Gibouler, verbe impers., hapax. Il giboule au-dehors, elle me parle dans le vent et la pluie (GONCOURT, Journal, 1874, p. 1021).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1548 (MIZAUD, Miroir de l'air, p. 74 ds GDF. Compl.). Étymol. obscure; l'orig. géogr. du mot est difficile à déterminer : en faveur d'une orig. mérid., son implantation ds le domaine d'Oc : giboulado « giboulée » et surtout gibourna « grésiller », gibournado « giboulée » (MISTRAL). Peut-être à rapprocher de certains verbes exprimant un mouvement, tels que gibler « s'agiter, se battre » (FEW t. 4, p. 131 a; d'orig. inc.), cf. en effet, relevant d'un sémantisme analogue, les termes dial. secouée, crôlée « averse ». V. FEW t. 21, p. 7a. Fréq. abs. littér. : 77. Bbg. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], pp. 260-261.

giboulée [ʒibule] n. f.
ÉTYM. 1547; orig. inconnue, mot du domaine occitan, p.-ê. à rattacher à l'anc. v. gibler, gibeler « s'agiter, s'ébattre » et particulièrement « voler » (→ Gibelotte) selon P. Guiraud qui souligne le sémantisme analogue de volée (aussi région. « pluie de très courte durée ») et de giboulée.
1 Pluie soudaine, quelquefois accompagnée de vent, de grêle ou même de neige, et bientôt suivie d'une éclaircie. Averse, ondée, orage. || Les giboulées de mars (→ Bon, cit. 118). || Les premiers grains d'une giboulée (→ 1. Criquet, cit. 1).
1 La grêle d'une dernière giboulée, car on était aux premiers jours d'avril, battait avec bruit la vitre de la voiture et rebondissait sur la chaussée déjà sablée de grains blancs.
Maupassant, Notre cœur, II, VI.
2 Quand le printemps approcha (…) au temps des Saints de glace et des giboulées de la Semaine Sainte (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. V, p. 45.
3 (…) c'était seulement le mois de mars, un temps d'éclaircies fugitives que coupaient de hargneuses giboulées.
M. Genevoix, la Dernière Harde, I, V.
Par métaphore. Littér. || « Les giboulées du malheur » (Bloy).
2 (1866, Littré). Fig. et vieilli. Série de coups rapprochés. || Une giboulée de coups. || Recevoir une giboulée. Dégelée, volée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Giboulee — Giboulée Une giboulée est une averse aussi brève que violente qui se produit lors du passage de l hiver au printemps, principalement aux mois de mars et d avril (d où l expression « giboulées de mars »), et qui est due au phénomène… …   Wikipédia en Français

  • giboulée — GIBOULÉE. s. f. Guilée, pluye subite & de peu de durée. Giboulée de Mars. Il est bas …   Dictionnaire de l'Académie française

  • giboulée — Giboulée, ou Guilée, Nimbus, Rectius, Gibolée, Quasi {{t=g}}gubolê,{{/t}} id est, repentina iaculatio facta ex aere in terram, {{t=g}}gê,{{/t}} terra, {{t=g}}bolê,{{/t}} iactus, percussio, ictus, {{t=g}}boléô,{{/t}} percutio. Nimbus enim est… …   Thresor de la langue françoyse

  • Giboulée — Une giboulée est une averse aussi brève que violente qui se produit lors du passage de l hiver au printemps, principalement aux mois de mars et d avril (d où l expression « giboulées de mars »), et qui est due au phénomène… …   Wikipédia en Français

  • giboulée — (ji bou lée) s. f. Espèce d orage qui se réduit à des coups de vent passagers, avec de petites averses et de petites grêles, qui est bientôt suivi d une éclaircie, et qui survient surtout au printemps. Les giboulées de mars.    Par extension.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • giboulée — nf., pluie soudaine et de courte durée // petite averse, qui a lieu au printemps, accompagnée ou non de giboulée grêle /// grésil /// neige : anbushe (Saxel), ptyouta kâra <petite averse> (Albanais.001) ; maronzhe du tin (Annecy.003), R.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • GIBOULÉE — s. f. Guilée, pluie grande, soudaine, de peu de durée, et quelquefois mêlée de grêle. Giboulée de mars …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • GIBOULÉE — n. f. Pluie soudaine, de peu de durée, et quelquefois mêlée de grêle. Les giboulées de mars …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Giboulée — Galerne (auch Giboulé) nennt man die Böen an der französischen West und Nordwestküste, die im allgemeinen aus nordwestlicher Richtung kommen. Sie gehen meistens mit schweren Regenfällen einher. Galerne ist dabei die bretonische und Giboulé die… …   Deutsch Wikipedia

  • Giboulees de mars — Giboulée Une giboulée est une averse aussi brève que violente qui se produit lors du passage de l hiver au printemps, principalement aux mois de mars et d avril (d où l expression « giboulées de mars »), et qui est due au phénomène… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.